La Nouvelle Genèse le roman

04 février 2011

Livre en préparation.

Je recherche des témoignages de harkis, fils de harkis, algériens, fils d'algériens sur la guerre d'Algérie. Les propos de ce livre seront de donner une version libre des évènements d'Algérie, sans censure. Le livre reposera sur l'identification de chacun à ces évènements et sur les modifications radicales qui en auront résulté dans la vie de chacun.
Merci d'avance.
Merci de me contacter à l'adresse du site "contactez l'auteur".

Posté par mfdm1 à 16:11 - Commentaires [0]

Sortie du roman Le livre défendu.

Le livre défendu est officiellement sorti. Vous pourrez le trouver en librairie, sur internet et même en numérique sur Epagine, Applestore, Immateriel...
livre_defendu

Description :

Traqués, menacés, ils n'auront de cesse de mettre au jour le plus vieux secret de l'Humanité : qui était vraiment le Christ ?

Jonas Stern, professeur aux beaux-arts de Paris, souhaite en savoir plus sur le décès tragique de son père, célèbre archéo-antropologue. Il découvre alors que celui-ci recherchait un mystérieux manuscrit – Le Livre Défendu. Avec Claire Shapira, dont le père a été sauvagement assassiné et Tod Kennedy, journaliste américain, Jonas décide de poursuivre les investigations de son père.Ils se lanceront tous trois dans une enquête qui va bouleverser leur vie à jamais et les mener sur la piste de l’Opus Dei, de la Sapinière - services secrets du Vatican - et de Shapira.

Traqués, menacés, ils n'auront de cesse de mettre au jour le plus vieux secret de l'Humanité : qui était vraiment le Christ ?


30 décembre 2010

Les cycles cosmiques

Solon rencontre en Egypte un vieux sage de Saïs vers -560. Et il est raisonnable de supposer que le vieux prêtre saïte qu'il consulta devait être un informateur de qualité, un homme ayant une connaissance lointaine des choses. Voilà ce que Solon rapporte à son retour, d'après le fameux Critias et Timée de Platon :

"A! Solon, Solon, vous autres Grecs...vous êtes tous jeunes d'esprit, répondit le prêtre ; car vous n'avez dans l'esprit aucune opinion ancienne fondée sur une vieille tradition et aucune science blanchie par le temps. Et en voici la raison. Il y a eu souvent et il y aura encore souvent des destructions d'hommes causées de diverses manières, les plus grandes par le feu et par l'eau, et d'autres moindres par mille autres choses. Par exemple, ce qu'on raconte aussi de Phaéton, fils du Soleil, qui, ayant un jour attelé le char de son père et ne pouvant le maintenir dans la voie paternelle, embrasa tout ce qui était sur la terre et périt lui-même frappé de la foudre, a, il est vrai, l'apparence d'une fable; mais la vérité qui s'y recèle, c'est que les corps qui circulent dans le ciel autour de la terre dévient de leur course et qu'une grande conflagration qui se produit à des intervalles détruit ce qui est sur la surface de la terre...Aussi tout ce qui s'est fait de beau, de grand ou de remarquable sous tout autre rapport, soit chez vous, soit ici, soit dans tout autre pays dont nous ayons entendu parler, tout cela se trouve ici consigné par écrit dans nos temples depuis un temps immémorial et s'est ainsi conservé. Chez vous, au contraire, et chez les autres peuples, à peine êtes-vous pourvus de l'écriture et de tout ce qui est nécessaire aux cités que de nouveau, après l'intervalle de temps ordinaire, des torrents d'eau du ciel fondent sur vous comme une maladie et ne laissent survivre de vous que les illettrés et les ignorants, en sorte que vous vous retrouvez au point de départ comme des jeunes, ne sachant rien de ce qui s'est passé dans les temps anciens, soit ici, soit chez vous...Tout d'abord vous ne vous souvenez que d'un seul déluge terrestre, alors qu'il y en a eu beaucoup auparavant ; ensuite vous ignorez que la plus belle et la meilleure race qu'on ait vue parmi les hommes a pris naissance dans votre pays, et que vous en descendez, toi et toute votre cité actuelle, grâce à un petit germe échappé au désastre. Vous l'ignorez, parce que les survivants, pendant beaucoup de générations, sont morts sans rien laisser par écrit. "

La tradition orphique raconte qu'un dieu nommé Phaéton devint fou et mit le feu à la terre. Homère associe ce Phaéton à l'un des travaux d'Héraclès et fournit un lien entourant la chute de Mycènes. Le mot Phaéton signifie "étoile filante" et était peut-être un des noms de Zeus, le chef du panthéon grec.
Selon le poète romain Ovide, qui vécut bien plus tard ( à l'époque du Christ ), Phaéton emprunta un jour le char du Soleil. Incapable de le conduire, il ne put empêcher les chevaux de filer sans but, heurtant les étoiles du ciel et emportant...le char sur des voies inexplorées. La terre s'embrase, en commençant par ses hauts sommets ; elle se fend en crevasses profondes et toute humidité s'assèche. Les prairies se changent en cendres blanches, les arbres se consument avec tout leur feuillage, et les grains mûrs deviennent l'aliment de leur propre destruction...Un vaste incendie dévore les cités et leurs murailles, et réduit en poudre des nations entières.

Il y a cent ans au cours de la nuit du 30 juin au 1er juillet, un des événements cosmiques des plus extraordinaires de l’histoire moderne s’est produit.

Les premiers rapports d’une étrange lueur dans le ciel arrivèrent de partout en Europe. Peu après minuit le 1er juillet 1908, les Londoniens furent intrigués par l’aspect rose phosphorescent du ciel nocturne au-dessus de la capitale. Les gens qui étaient partis se coucher, se réveillèrent déconcertés par l’étrange lueur rose qui brillait dans leur chambre à coucher. La même luminescence vermeille fut rapportée au-dessus de la Belgique. On constata curieusement que les cieux au-dessus de l’Allemagne avaient pris une teinte vert brillant, tandis qu’au-dessus de l’Écosse une blancheur incroyablement intense incitait la vie sauvage à croire que c’était l’aube. Les chants d’oiseaux commencèrent et les coqs chantèrent – à deux heures du matin.

Les cieux au-dessus de Moscou étaient si brillants qu’on prit des photos des rues sans utiliser de flash au magnésium. Le capitaine d’un navire sur la Volga a dit qu’il pouvait voir des vaisseaux sur la rivière à trois kilomètres grâce à la lumière astrale mystérieuse. Une partie de golf en Angleterre continua presque jusqu’à quatre heures du matin sous la lueur nocturne, et la semaine suivante The Times of London fut submergé de lettres de lecteurs provenant de tout le Royaume Uni pour rapporter la curieuse ‘fausse aurore’. Une femme à Huntington écrivit avoir été capable de lire un livre dans sa chambre à coucher rien qu’à la lueur de cette singulière lumière rose. Durant des semaines le courrier afflua faisant état de centaines de témoignages au sujet de ces conditions lumineuses décrites comme identiques.…

À plus de 900 km au sud de l’explosion, un sismographe de la ville d’Irkoutsk près du lac Baïkal, proche de la frontière de la Mongolie, enregistra de fortes secousses sismiques.

Des rumeurs d’un événement extraordinaire persistèrent, retransmises par des géologues et d’autres chercheurs travaillant dans la région. Ces histoires attirèrent l’attention d’un chercheur de météorites, Leonard Kulik. Mais ce ne fut pas avant 1927 qu’il put finalement conduire une expédition sur le site de l’explosion de 1908.

Voici ce qu’il écrivit :

« Depuis notre point d’observation, aucun signe de forêt ne peut être vu, car tout a été dévasté et brûlé, et autour du bord de la zone morte, la jeune forêt de vingt ans a avancé furieusement, cherchant le soleil et la vie. On a un sentiment étrange quand on voit des arbres géants de 50 à 75 cm [de diamètre] abattus comme des brindilles, et leurs cimes projetées à grande distance. »

©Inconnu

Conséquences de l’explosion de la Tunguska

L’énergie de l’explosion a été calculée à partir de l’étendue de la forêt abattue et à partir des petites ondes de pression qui arrivèrent à la vitesse du son et furent enregistrées sur des barographes dans le monde entier, y compris des stations entre Cambridge, à 50 miles (80 km) au nord de Londres, et Petersfield à 90 km au sud. De manière intéressante, cela prit vingt ans aux météorologues d’Angleterre pour faire le rapprochement entre leurs enregistrements et la dévastation de la Tunguska. Les trains d’onde étaient différents de tous les autres qui avaient été enregistrés jusqu’à cette époque, mais aujourd’hui nous savons qu’ils ressemblent en tous points à ceux obtenus par une explosion de bombe à hydrogène. Il semble que l’impact ait eu une énergie de 30 à 40 mégatonnes, la force combinée de quelques douzaines de bombes à hydrogène ordinaires.

L’explosion résulta en une énorme « colonne de feu » et la colonne aveuglante fut visible à des centaines de kilomètres. Les séries de coups de tonnerre qui suivirent purent être entendues à 800 km ou plus.

©Inconnu

Apparence possible de l’explosion de la Tunguska

Le bruit de l’explosion assourdit ceux qui se trouvaient relativement proches. À la suite de quoi, un courant thermique torride partant du feu dans le ciel fonça à travers les forêts. Les grands conifères furent roussis et brûlés, et les incendies durèrent pendant des jours. Les résidents de Vanavara, un petit comptoir à environ 65 km, ressentirent l’effet féroce de la chaleur. Certains individus furent projetés en l’air quand l’onde de choc arriva, des mottes d’herbe furent arrachées, des plafonds s’effondrèrent, et des fenêtres furent secouées.

©Inconnu

Conséquences de l’explosion de la Tunguska

Il se trouve que la date de la chute, le 30 juin, correspond au passage de la Terre à travers le maximum du flot des Beta Taurides. À partir de cela et de sa trajectoire, il semble que l’objet de la Tunguska ait fait partie du complexe des Taurides. Il est probable que la Terre soit passée à travers un essaim à l’intérieur du flot.

Pour l'archéologue, le paléoastronome, le mythologue, l'historien et tant d'autres, il coule de source que le ciel nocturne présentait il y a 3000 ans le même visage qu'aujourd'hui. Rassurant. Image d'un univers stable et ordonné.

Pourtant, il y a mille ans, à peine, le ciel connut une effervescence de boules de feu venues de la constellation du Taureau, probablement accompagnées d'un impact qui, s'il avait frappé la terre et non la lune, aurait rendu inutile l'écriture de ces lignes. Il y a 3000 ou 4000 ans, le système des Taurides était sans nul doute plus important et plus actif.

A suivre...

19 décembre 2010

Le Soleil en panne : Sommes-nous à l'aube d'une nouvelle pertubation climatique ?

Activité magnétique en berne, vents solaires qui s'essouflent...Notre Soleil connaît une baisse de régime tout à fait anormale. au point de menacer la Terre d'un refroidissement durable ? C'est toute la question...
Ce cycle solaire N°24 a beaucoup de chance d'avoir un maximum vers 2013/2014 d'environ 60 wolfs donc disons entre 2 et 3 fois plus faible que le cycle précédent. Mais vu la loi G.O. qui va être violée alors le cycle N°25 serra encore plus faible. Donc il est sur à 100 % que nous allons bien vers un affaiblissement de l'activité solaire comparable au minimum de Maunder.
Vous connaissez le minimum de Maunder ?
C'est ce qu'on appelle aussi dans le jargon climatique le petit âge glaciaire, qui correspond, en gros, à l'époque allant de 1645 à 1715. On se les caillait vraiment en Europe et sur le continent américain.
Le petit âge glaciaire correspond concrètement à un léger refroidissement climatique — de l'ordre de moins de 1°C. Cette diminution peut paraître faible, mais elle était suffisante pour provoquer des hivers rigoureux et ralentir les activités humaines — notamment la production agricole, en particulier au XVIIe siècle. Des archives historiques ou commerciales, des peintures de l'époque témoignent d'hivers rudes et enneigés. En Savoie, on organise même des processions dans l'espoir de conjurer l'avancée des glaces. Le paroxysme de froid est atteint entre les années 1570 et 1730.
La Tamise gèle, les canaux et rivières des Pays-Bas se muent en glace lors de plusieurs hivers - ainsi celui de 1794/95, pendant lequel la cavalerie française menée par Pichegru s'empare de la flotte hollandaise prise dans les glaces. Lors de l'hiver de 1780, la zone fluviale de New York (New York Harbor) devient solide : on marche entre Manhattan et Staten Island ; les liaisons de commerce par voie maritime sont bloquées.
Alors préparez vos manteaux, chaussons et bouillottes de grand-mère? Faites des provisions et joyeux Noël.

Posté par mfdm1 à 11:16 - Commentaires [0]
Tags : , , ,
18 décembre 2010

BIENVENUE SUR MON BLOG ! Un an après sa création je le mets enfin à jour !

Vous allez trouver ici tout ce que mon travail d'écrivain m'amène à découvrir par le biais des lectures et recherches.
Vous allez voir que le matériau est varié, parfois surprenant, même déroutant. Je ne me pose aucune limite. Toutes les informations méritent d'être lues et... vérifiées.
C'est parfois un travail journalistique mais le plus passionnant ce sont les découvertes de pans de l'histoire jusqu'ici inconnus ou mal connus.

Toutes ces recherches façonnent mes personnages et mes histoires, aussi bien pour LE LIVRE DEFENDU ( sortie numérique décembre 2010 - sortie papier janvier 2011) que LA NOUVELLE GENÈSE (sortie prévue septembre 2011) ou les autres manuscrits en cours.

COUP DE COEUR DE LA SEMAINE SUR EPAGINE.FR


livre_defendu

Posté par mfdm1 à 11:17 - Commentaires [0]
Tags : ,
18 octobre 2009

Pour ceux qui croient encore que la vie est née dans la soupe primitive de notre bonne vieille planète terre

DÉCOUVERTE D'

par Steve Gorman


LOS ANGELES (Reuters) - Des traces d'un acide aminé, la glycine, ont été découvertes pour la première fois sur une comète, ont annoncé lundi des scientifiques, selon lesquels cette découverte renforce l'hypothèse selon laquelle la vie pourrait être d'origine extra-terrestre.

Les acides aminés sont les éléments constitutifs des protéines, et la glycine et le plus courant des vingt différents qui existent.

Ces traces de glycine ont été retrouvées dans les échantillons prélevés en janvier 2004 dans la queue de la comète Wild 2 par la sonde Stardust de la Nasa, à 390 millions de km de la Terre. Les échantillons étaient revenus sur Terre deux ans après à bord d'un caisson automatisé.

La présence de glycine avait été signalée dès l'an dernier, mais il a fallu longtemps aux chercheurs pour s'assurer qu'elle ne provenait pas d'une contamination et qu'elle était bien d'origine extraterrestre.

"Nous n'étions pas certains qu'elle ne venait pas de la fabrication ou de la manipulation de la sonde", a expliqué Jamie Elsila, astrobiologiste au Centre spatial Goddard de la Nasa, dans le Maryland.

Les travaux qu'elle a dirigés sont présentés dans la revue "Meteoritics and Planetary Science".

"Nous avions déjà trouvé des acides aminés dans des météorites, mais c'est la première fois qu'il en est détecté dans une comète", a-t-elle déclaré.

Les protéines, qui forment l'intégralité des organes, cellules et enzymes des organismes vivants, sont formées de chaînes d'acides aminés.

De nombreux scientifiques pensent que les premiers acides aminés auraient pu arriver sur Terre à bord de météorites ou de comètes, et que d'autres planètes dans l'univers auraient pu être "ensemencées" de la même manière.

"La découverte de glycine dans une comète renforce l'idée selon laquelle les briques fondamentales de la vie sont répandues dans l'espace, et étaie l'argument selon lequel la vie pourrait être bien plus répandue dans l'univers qu'on ne le pense", a estimé Carl Pilcher, directeur de l'Institut d'astrobiologie de la Nasa en Californie.

Version française Gregory Schwartz.

reuters.com - 18/08/2009 à 08:04 - 316 mots